Plus value boursière taxable dans le chef des particuliers

Chacun jugera. Toujours est-il que sont désormais considérés « spéculatives » les plus-values réalisées dans les six mois par le bon père de famille « coupable » d’avoir eu du flair en Bourse et dès lors, imposées à 33%. Au-delà, il sera considéré comme « investisseur durable » et échappera à toute taxation. Aucune perte, précise l’exposé des motifs, ne pourra être imputée sur les résultats positifs de sorte qu’en cas d’achats échelonnés caractérisés par des plus et des moins-values le contribuable risque de perdre de l’argent et de devoir quand même payer un impôt ! Soucieux de ratisser large, le gouvernement a cherché à prévenir toute mesure d’évitement en visant également les do

Dernières news
Archives
Catégories
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • LinkedIn Social Icon

© Fiscalis Consulting